Voici quelques articles parus dans la presse à propos de l'artiste et de ses œuvres.


30 | avril | 2004
"Soliste de l'imaginaire, Marc Percheron poursuit sa quête existentielle à travers des allégories traduisant les différents états de l'être (Que deviennent les larmes ? Renaissance). Accentuant les effets de perspective, il peint ses inquiétudes à l'orée du vertige ("Science sans conscience" est un thème d'actualité)."

Louis Porquet
Le Journal d'Elbeuf

15 | avril | 2004
La ville de Saint-Saëns accueillait les 10, 11 et 12 avril de nombreux artistes peintres lors de son Salon d'art organisé à l'espace Le Vivier.

La commune avait souhaité inviter Marc Percheron, invité d'honneur, qui a en effet fait l'unanimité auprès des organisateurs. Denis Hébert explique ce choix. "J'ai eu un véritable coup de foudre en voyant ses tableaux, une impression confuse, un mélange de réel et d'imaginaire. J'ai trouvé ses oeuvres intéressantes et très belles". Il détaille le dessin remarquable, le travail de perspective, les couleurs et la lumière qui apporte de la clarté et une lueur d'espoir.

Eric Ruault a lui aussi souligné "la grande sérénité qui se dégage de ses oeuvres". Il ajouta même "Quand on voit ses oeuvres, on n'a qu'une envie, plonger dedans". Le maire de la ville a rappelé que ce rendez-vous annuel, instauré il y a quelques années par Alain Bailleul est un moment privilégié pour les Saint-Saénnais. C'est la rencontre entre un artiste et la population locale.

Marc Percheron, flatté par tant de reconnaissance, apporta en retour une petit note d'humour philosophique : "Certains disent que les artistes peignent pour passer le temps, moi j'essaie de retenir le temps qui passe".

Les différents styles exposés, aquarelle, huile, ... ont donc conquis plus de trois cents visiteurs.

Le Réveil

09 | février | 2004
"Pétrie de références antiques, la peinture de Marc Percheron flirte avec le symbolisme. Nous entrons dans le crépusculaire par métaphores interposées (L'irruption de la modernité). C'est une vision tragique et transcendée de la condition humaine (Regrets : La joie triste des retours) qui prend appui sur une solide culture classique. La raison a figé le rêve. Mais ce dernier se venge."

Louis Porquet
Le Journal d'Elbeuf

2003
"Marc Percheron joue des mots avec "La machine à remonter l'étang", il a de l'imagination, de l'exigence et de l'humour. Il sait aussi plier la perspective à ses désirs. C'est un peintre onirique dont nous aimons l' état d'esprit."

Louis Porquet
Le Journal d'Elbeuf

06 | janvier | 2001
"Et puis il y a Marc Percheron, un dessinateur perfectionniste jouant de la plongée folle dans un univers en vase clos."

Rémi Francis Parment,
Paris-Normandie

09 | février | 2000
"Marc Percheron, c'est constamment la classe du dessinateur, du coloriste et l'imaginaire."

André Ruellan,
Les Affiches de Normandie

avril | 1999
"La qualité dans l'œuvre d'art se joue du temps, des modes, des avant-gardes avec leurs arrière-trains et leurs installations... Inquiétant ! Voici enfin un peintre qui bouscule le désordre !"

Roger Bellavoine,
Les Rencontres de l'Aubette.

12 | octobre | 1997
"Marc Percheron, dont les machines à remonter le temps sont d'une douce et pertinente poésie."

Rémi Francis Parment,
Liberté Dimanche

06 | avril | 1997
"Coup de chapeau à Marc Percheron dont le "Siècle Barbare" est une petite mine d'or à déguster de très près."

Rémi Francis Parment,
Liberté Dimanche

19 | janvier | 1997
"Remonter le temps, la toile réaliste teintée d'un brin d'humour : signée Marc Percheron, se révèle un petit chef d'œuvre poétique."

Rémi Francis Parment,
Liberté Dimanche

1996
"La peinture est une sorte de besoin que j'ai pour retenir le temps". Alors, Marc Percheron peint des souvenirs, les siens. [...]

Les scènes de vacances sont un de ses thèmes préférés. Chez sa grand-mère, la boutique d'antiquités de son grand-père, une plage où il a peint toute sa petite famille jusqu'à lui-même. Mais il ne faut pas prendre ses tableaux pour argent comptant. "Je prends des évocations, je les associe et je les fait passer par l'alchimie de la mémoire en les retravaillant". Les éléments du tableau seront authentiques, mais la scène décrite n'aura pas forcément existé.

Ce qui est remarquable chez ce peintre, professeur d'arts plastiques au collège de Houlme, c'est son goût du détail. Les objets d'un intérieur, les traits d'un visage sont rendus avec une incroyable minutie. Finesse qui rappelle la fragilité de toute chose face au temps et à l'oubli.

Présenté comme surréaliste, Marc Percheron se rattache plus aux peintres romantiques notamment Caspar Friedrich, auquel il rend ouvertement hommage dans un de ses tableaux. La même portée symbolique des paysages : "Dans un ciel gris, il y aura toujours un petit point d'espoir par une touche de peinture bleue", explique l'artiste. La même quête spirituelle : dans une même oeuvre, Marc Percheron multiplie les points de fuites ; portes ouvertes donnant parfois sur le ciel ou bien miroir reflétant une fenêtre également ouverte.

Rémi Francis Parment,
Paris-Normandie

Biographie
Expositions & Prix
Revue de presse
Galerie
Contact